Le Bal Blomet

Comment un QG de campagne d’un homme politique va devenir au milieu des années 1920 la plus célèbre salle musicale de Paris : le bal Blomet En ce temps, il suffisait de dire « 33 » à un chauffeur de taxi pour qui vous réponde « …. Rue Blomet ».  On le nommait le Bal Nègre, depuis sa réouverture, les promoteurs du lieu ont dû renoncer à son nom d’origine, car « impolitiquement correct ».

Quand vous passerez la porte, dîtes vous que Hemingway, Fitzgerald, Miro, Joséphine Baker, Maurice Chevalier, Mistinguett, Foujita, Man Ray, Alexander Calder. Henry Miller, Jean Cocteau, André Gide, Piet Mondrian, l’ont franchi avant vous.

A mi-chemin entre l’univers rêvé par Woody Allen dans Midnight in Paris et celui des speakeasies de la prohibition de New-York et Chicago, vous pourrez profiter du jazz dans une salle à l’acoustique remarquable.  Concert, hormis le lundi, quasi tous les soirs et 2 jeudi par mois, une évocation de l’histoire du jazz avec les milles et une nuit du jazz .