Les arènes de Lutèce

Quand on prononce les mots « arènes » ou « amphithéâtre » romain on pense de suite au Colisée de Rome.

Mais on oublie qu’à Paris aujourd’hui on en possède un aussi. Il est situé dans le 5ème arrondissement à la marge du centre de la ville antique, comme le veut la tradition. On voit ici le plan du Paris antique, avec l’ile ou se situe Notre Dame, et la ville de Lutece sur sa rive gauche, les arènes sont à la pointe de la flèche rouge.

Ces arènes étaient les plus grandes de la Gaule, elles pouvaient accueillir jusqu’à 17000 spectateurs, plus de la moitié de la population (le parc des Princes à Paris aujourd’hui ce n’est que 2,5 x plus). Ils étaient assis sur des gradins accessibles depuis des vomitoria (le nom vous semble familier, en effet ces ouvertures déversaient les spectateurs en d’autres termes « vomissaient » les spectateurs.)

C’était à la fois un théâtre (il y avait une énorme scène de 41,20 mètres) et aussi une arène de combat pour les gladiateurs, (il y a eu une piste elliptique d’environ 50 mètres, en terre battue).

Elles étaient très bien conçues, un toit en toile amovible permettait de les couvrir en cas de pluie.

Les arènes sont datées du 1er siècle, cela fait donc déjà 2000 ans. Détruite puis reconstruite au VIème siècle par Chilpéric (petit fils de Clovis, le roi qui changea Lutece en Paris pour en faire sa capitale en 508). Mais de nouveau elles vont disparaitre et être plus ou moins ensevelies lors de la construction de l’enceinte de Paris par Philippe Auguste à la fin du XIIème siècle.

On ne va plus y faire référence, on voit même sur ce  plan de Mérian en 1615 que les arènes ne sont pas localisées

Il faut attendre le XIXème siècle pour que lorsque de travaux d’urbanisme Vacquier découvrit en 1869 les premiers vestiges.  Mais la guerre Franco-prussienne plaçait cette découverte au second plan, on autorisa même la compagnie des Omnibus (la RATP actuelle) à construire un dépôt sur le site.

C’est grâce à une prise de conscience et une mobilisation d’homme d’influence, tel Victor Hugo que le gouvernement décida de classer le site en monument historique. Voici la lettre que Victor Hugo écrivit pour influencer la décision :

« Paris, le 27 juillet 1883,

Monsieur le président,

Il n’est pas possible que Paris, la ville de l’avenir, renonce à la preuve vivante qu’elle a été la ville du passé. Le passé amène l’avenir. Les arènes sont l’antique marque de la grande ville. Elles sont un monument unique. Le conseil municipal qui les détruirait se détruirait en quelque sorte lui-même. Conservez les arènes de Lutèce. Conservez-les à tout prix. Vous ferez une action utile, et, ce qui vaut mieux, vous donnerez un grand exemple.

Je vous serre les mains. »

Les fouilles continuèrent durant la 1er Guerre mondiale, et le site fut le mieux possible remis en état.

On peut aujourd’hui les visiter, et si vous nous rejoignez dans notre visite sur Paris du temps de Lutece au Moyen âge, vous les découvrirez

Et afin que vous puissiez replacer les arènes dans leur contexte urbain actuel, on peut voir ou serait les arènes en juxtaposant ces 2 images : le site vue d’en haut il y a 2000 ans, et le site vu d’en haut de nos jours.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.